Patrick Sardou

Alais la Cathare

Avant de vous faire découvrir son livre, voici quelques mots de l'auteur :

 " Je me suis lancé depuis 2004, dans l’écriture d’un roman historique, dont la date de parution s’est faite le 25 août 2009, sur TBE, un long chemin !… Mon objectif, faire aimer le moyen âge aux lecteurs, au travers d’un récit mouvementé, basé sur des faits et personnages ayant existé ; s’accorder une part de rêve aussi, en se projetant dans le passé, avec la possibilité de ”remanier” l’Histoire ; et parler bien évidemment des cathares et de leur religion, puis du drame cathare pour finir …

Cette passion pour le moyen âge m’a été communiquée par un collègue m'ayant recommandé de lire le roman de Zoë Oldenbourg “Argile et Cendres” … Quelles belles lignes de poésie ! J’ai été séduit…Séduit ensuite par d’autres romans et tout ce qui se rapporte à l’époque des croisades.

Que dire encore sur ce premier ouvrage ?…Au travers d'une fresque aux rebondissements inattendus, parfois extrêmes voire choquants, il subsiste encore, au travers des lignes que j’ai écrites, un brin de poésie ; et surtout il y transparaît cette notion d’âge d’or assortie de plénitude, d’un rapprochement de l’homme à la Nature, et d’un bonheur que notre siècle a malheureusement perdu, et que les guerres ou la cruauté ont brisé.

alais.pngRésumé

Alaïs de Cathala a grandi dans la foi cathare. Depuis un an déjà, un certain Dominique Guzman, prédicateur de l’Église romaine, parcourt le futur Languedoc où a fleuri l’hérésie cathare soutenue par Raymond VI, Comte de Toulouse. Cependant, des foyers de discordes et des persécutions prennent naissance, auxquels se mêlent les bandes de mercenaires à la solde indirecte de l’Église ou des seigneurs convoiteurs de la terre d’Oc. Tout au long du roman, une enquête de fond est menée par les différents personnages, inquisiteurs, chevaliers, ou templiers pour élucider un crime perpétré contre un curé, ainsi que la disparition d’Alaïs vouée à devenir l’Elue des Cathares. Gérard de Sète templier énigmatique et ambivalent intervient dans les nombreux rebondissements et ses rapports avec la chrétienté. Son objectif est de contrecarrer la croisade envisagée par le pape Innocent III, mais aussi d’utiliser Alaïs à ses propres fins… Avec pour toile de fond le drame cathare, ce roman est aussi un hommage à cette religion.

Mon avis de lecture

L’action se situe au XIIIe siècle, à une époque où ce que l’Eglise romaine nomme « l’hérésie cathare » se répand. L’auteur prend bien le temps de situer ses personnages, de les ancrer dans un tissu de relations qu’ils s’avèrent indispensable de connaitre pour aborder la suite du récit.

L’action démarre. Crime, exécution, enquête, guet-apens. Plus le roman avance plus il y a de tension pour les gens de foi cathare. Alaïs, personnage éponyme, prend de l’ampleur et est au cœur des préoccupations. Pour ne pas trop en dévoiler, restons simple : d’un côté se développe l’aventure de Thibaud (auquel se joint Gaucelm) et de l’autre celle d’Alaïs. La première étant étroitement liée à la seconde. De la manipulation, des mensonges sont au cœur de ce roman et tout gravite autour d’Alaïs et de la mission à accomplir à Jérusalem.

L’auteur a une plume agréable. Je suis très étonnée par la précision des descriptions durant lesquelles j’avoue ne pas m’être ennuyée. On se plonge volontiers dans cette époque, on croit à l’histoire qui est bien mené. Je dirais aussi que l’auteur a conçu un tissu assez complexe de personnage qu’il maitrise.

Finalement on a envie d’en savoir plus sur cette mission à Jérusalem, cette quête qui est présenté comme fondamentale pour les cathares.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2012-03-11

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site